LA, recette

Publié le par almanito

J'étais paisiblement installée vautrée sur mon canapé en fin de soirée, avec pour seule ambition celle d'attendre le feu d'artifice, un oeil sur l'ordi et l'autre sur une lecture édifiante lorsqu'un parfum délicieux flotta dans l'air,  me creusant aussi soudainement que cruellement l'estomac, ce qui m'obligea à  extirper mon corps souple et léger ma masse inerte des moelleux coussins.
L'odeur affolante rentrait  par la fenêtre du séjour par longs rubans soyeux depuis celle, grande ouverte, de la cuisine de mes voisins, ceux qu'on déteste tous dans le quartier parce  qu'ils sont bruyants, sans gêne et arrogants et surtout parce qu'ils ont une grande terrasse, eux.
Comment?! Ces gens au plus haut point inintéressants étaient capables d'exhaler des fumets subtils, autres que ceux des sardines ou des merguez/chipos qui 2 mois durant tapissent nos intérieurs, murs, vêtements, linge et livres de leurs relents tenaces?
Fine, le sourcil interrogateur,  qui sniffait l'air goulument elle aussi depuis son balcon exigu au dessus d'eux, me lança un "c'est quoi?" étonné. Je humais l'air encore une fois pour ne pas me tromper et en fermant les yeux, (les deux,  celui de l'ordi et celui du livre instructif, vous suivez, oui?)  des images d'enfance affluèrent en se bousculant devant la porte de ma mémoire infaillible sélective qui, la bienheureuse, ne retient que le meilleur: maman, les joues roses de plaisir dans la petite cuisine verte au grand fourneau sort de son sac à provisions un grand sachet taché de graisse, fière d'avoir déniché dans ce petit bled perdu fait de sable et de dunes où l'on "ne trouve rien" un boulanger qui fabrique des gaufres! 
Des gaufres, répondis-je à Fine qui s'impatientait en face.
Je retournai, les viscères tordus à mon canapé de douleur, salivante et maugréante en songeant que décidément ce sont toujours les mêmes qui ont de la chance. Puis je décidai de descendre pour voir un peu les préparatifs de la Fêtnat et penser à autre chose, juste le temps que l'odeur trop cruellement frustrante se volatilise dans le soir d'été et pas du tout pour fouiner minutieusement  autour des baraques foraines dans l'espoir  d'y débusquer un miraculeux marchand de gaufres. Il suffit d'y croire très fort pour que ça arrive, disait maman en digne descendante d'une lignée ininterrompue  de cuiseurs de charbon depuis 1500 et des brouettes de suif.
Je cherchai, donc, le poids du désespoir pesant sur mes frêles épaules dans ce marcel noir pendouillant qui me donne la fière allure d'un débardeur des halles ou d'un docker en jupon, au choix, trainant d'un pas dépité mes baskets douteuses dans la poussière afin d'exprimer ma grande désapprobation devant les affirmations péremptoires des forains: "Churros! Spécialité corse!"... "Crêpes! spécialité corse!". On sourit, quoique, si tu mets de la confiture corse dans ta crêpes, les bretons peuvent aller se rhabiller, ta crêpe, elle est corse, ha si! Pareil pour le churros, si tu ajoutes un poil de miel corse, les espagnols n'ont plus qu'à reconnaitre que ton churros, il est bel et bien corse! Non mais!
Et même pour les gaufres ( sönbïng en chinois) eh bien si tu mets du soja dessus, ta gaufre (car oui, j'ai fini par trouver une vendeuse de gaufres) elle est chinoise. C'est comme ça.
Au sucre, à la chantilly, à la confiture me demanda la dame qui à chaque ingrédient rajouté augmente son prix de base déjà fort coquet à mon idée. Nature, ais-je dit, non que je voulais contrarier cette inespérée vendeuse mais par goût personnel, je le jure.
Je rentrai victorieuse en tenant mon butin précautionneusement, pas mécontente de les exhiber par la fenêtre sous le nez de Fine, envieuse.
J'ai regretté de ne pas avoir de fissure à colmater ou je ne sais quelle fenêtre nécessitant un ajout de mastic. La chose que j'avais rapportée encore tiède se révéla flasque et d'une élasticité tout à fait remarquable. J'ai mâché longuement la pâte bourrative qui en deux bouchées suffit aisément à me caler l'estomac. Elle avait bien dit, la dame: "attention, hein, mes gaufres, c'est des vraies, pas des croustillantes comme d'autres en vendent que je dirais pas qui avec de la pâte congelée".

Commenter cet article

écureuil bleu 05/08/2017 10:50

Ah j'adore ! Je ne les aime que nature mais croustillantes. J'en fais de temps en temps mais elles ne sont jamais assez croustillantes à mon goût...

almanito 05/08/2017 15:22

Je crois qu'il faut les laisser un peu à l'air. Celles que j'achète le matin sont toute fraîches alors que l'après- midi elles croustillent

Mony 25/07/2017 15:45

Ah ! les odeurs ! Ce qu'elles peuvent être tentatrices voire obsédantes parfois. J'aime beaucoup les gaufres mais je n'en fais plus sinon je tourne sans cesse autour d'elles ne sachant pas résister à leurs attraits (et les miens en pâtissent :) J'aime toujours te lire, Almanito !

almanito 25/07/2017 19:20

Et les tiens en pâtissent, j'adore! :)) merci Mony

Joëlle 20/07/2017 04:25

Je ne sais pas pourquoi mais j'ai comme une envie de gaufre ?!
Merci pour ces lignes qui nous font gagner en sourire

almanito 20/07/2017 14:19

Je t'en envoie, si tu veux, des vraies tu pourras en manger et un et faire du bricolage chez toi avec le reste;)

polly 17/07/2017 07:11

Comment ça? tu n'as pas de gaufrier? C'était le repas préféré après la journée des randos hivernales... quel bonheur dans l'assiette!
Mais c'est difficile aujourd'hui d'en trouver de légères et à peine sucrées (perso je ne sucrais pas la pâte). Et comme toi, je les aime nature tout comme les crêpes bien faites.
Ton texte est très drôle avec ses ratures et son fumet corse..

almanito 17/07/2017 08:26

Non, c'est pas la peine, je ne sais rien faire dans une cuisine, à la limite des crêpes mais comme mon petit réchaud de camping est faiblard, ça dure 3 heures pour les cuire et je me retrouve avec des galettes genre brick :)))

CathyRose 16/07/2017 20:36

Comme quoi il vaut peut-être mieux rester avec ses souvenirs, pour ne pas prendre le risque d'être déçu ... En tous cas c'est malin, tu m'as mis l'eau à la bouche ! ;)
Belle soirée, bisous !
Cathy

almanito 16/07/2017 20:38

M'en fous, j'ai trouvé un autre fabricant de gaufres, j'en aurai demain;)

mansfield 16/07/2017 16:49

Il ne s'agit pas de madeleines mais elles en réveillent le souvenir! Heureusement je viens de manger une glace alors je n'ai pas trop l'eau à la bouche!

almanito 16/07/2017 16:57

Oui c'est peut-être plus le sourire de ma mère que je voulais retrouver mais pour ça il n'y a pas de recette miracle.

eMmA MessanA 15/07/2017 21:31

Merci Alma.
J'ai passé mon voyage de noces en Corse il y a bientôt... 38 ans. Une jour, je reviendrai... et te préviendrai (pas folle, la guêpe !)

almanito 15/07/2017 21:32

C'est noté :)

In the Mirror 15/07/2017 21:18

Comme je te comprends ! Ce parfum fait frémir mes narines quand je passe à proximité d'une fête foraine. Il m'arrive de ne pas résister, mais rien à voir avec la gaufre plâtre, les miennes ont toujours été croustillantes ;)
Ton texte est une merveille (pas les gâteaux), je me suis régalée à te lire, merci alma ;)

almanito 15/07/2017 21:29

Y a pas d'justice :)) Tiens, les merveilles aussi, c'est bon! Huuuummmmm :))

eMmA MessanA 15/07/2017 20:50

Alors, je crois que je disais que tu m'as bien fait rire avec ce texte espiègle. Et puis, que j'adore le miel de châtaigner, même si je me suis fait blouser en coyant qu'il était bien corse.
Je sais Alma, je me répère encor(se).
Belle soirée à toi avec ou sans gaufre.
eMmA

almanito 15/07/2017 21:27

C'est drôlement sympa d'être revenue, eMmA, merci. Soirée sans gaufre, tant pis mais si un jour tu viens en Corse, je t'offre du vrai miel du maquis;)

fanfanchatblanc 15/07/2017 20:46

Je ne peux résister à l'odeur des gaufres... tu m'as mis l'eau à la bouche malgré ton constat-déception.. hihihihi
Bonne soirée Alma

almanito 15/07/2017 21:04

Je comprends pourquoi on en trouve si peu ici et pourquoi les gens les boudent :))

cathycat 15/07/2017 20:36

Quel régal ton billet, à tous points de vue. Je me suis prise à imaginer tous les goûts et je t'ai suivie dans ta quête mais... poh poh poh poh... le rêve de tes papilles s'est brisé :-( (et celui de ton plombier aussi...)
Il te faut retrouver la recette de ta maman de toute urgence ! :-)

almanito 15/07/2017 20:52

Ma maman ne les faisait pas et moi je ne sais rien faire cuire à part des pâtes, c'est foutu ma pauv' dame :))

caroleone 15/07/2017 18:14

Très délicieusement conté ceci, excellente narratrice Alma. Je ne sais pas si c'est le goût délicat du carton-gaufre qui t'a inspirée, mais ça semble marcher !!
J'ai un préposé aux gaufres à la maison, il n'en fait qu'une fois à noël quand tout le monde est là parce que c'est la seule chose qu'il sait faire en cuisine , mais on en a pour 2 jours. Ma fille et mon gendre nous concoctent une espèce de chocolat fondu pour aller dessus, c'est top, mais trop riche. J'aime bien nature ou avec du miel, corse évidemment ......mais avec du caramel au beurre salé ça doit déchirer grave !! Va falloir que j'y réfléchisse car y m'en reste !! Merci pour cette petite gourmandise républicaine

caroleone 15/07/2017 18:45

Oh! ben, dommage il vient de trouver du boulot !!
Et maintenant c'est moi qui lui fait sa gamelle....mais je ne lui mets pas de gaufres hélas.

almanito 15/07/2017 18:29

Merci d'être revenue, sympa;)

Oui donc je te disais que tu peux m'envoyer ton préposé et le matos qui va avec, les deux seront bien traités pour peu qu'on me fasse des gaufres :))

Dominique 15/07/2017 17:31

Tu me prêtes un peu de ta gauffre, j'aurais du siliconage de baignoire à refaire à mon retour !
Tu as goûté au churros chinois ? T'aurais du.
Sinon rabiboche-toi avec la vie en dégustant du brucciu dans un feuilleté (je ne sais plus le nom :-( )

almanito 15/07/2017 17:33

Du bruccio en plein été?! Touriste, vas! :))

carnetsparesseux 15/07/2017 16:07

Est-ce à dire que la Vraie Recette de gauffre n'est pas forcément la meilleure ?
:)

almanito 15/07/2017 16:12

Tout dépend de l'usage que tu souhaites en faire, selon que tu la manges ou que tu envisages du bricolage dans la maison :)