Le seau

Publié le par almanito

‌Voilà Faustine un matin médusée, prisonnière sur son bout de balcon derrière le filet protecteur que les ouvriers viennent d'étendre tout du  long et sur toute la largeur de l'échafaudage, depuis le toit hérissé d'antennes de guingois jusqu'à la cour où moisissent  dans la marre des égouts qui débordent de temps à autre, les détritus négligemment balancés par les fenêtres, habitude d'une autre époque, quand le ramassage des poubelles n'existaient pas, à laquelle les anciens du quartier ont du mal à se défaire tant le geste est coutumier, naturel.
Toute la façade va être ravalée mais Faustine n'avait pas envisagé les choses comme ça.
Tout sourires et amabilité, elle tente de corrompre les ouvriers marocains qu'elle rudoyait autrefois et qu'elle craint "depuis que..." mais qui sont pourtant "des gens comme nous":"Vous voudriez combien pour faire mon côté en premier?" demande t-elle la bouche en coeur. Les gars rigolent, expliquent que ça ne marche pas comme ça, on nettoie d'abord, ensuite on colmate les fissures, on restaure les dessous des balcons, on gratte les balustrades et enfin dans huit mois, on fera les peintures. Huit mois?! Faustine accuse le coup.Elle a l'impression d'étouffer derrière ce rideau qui lui la prive d'air et masque sa cour avec sa marre qui en ces jours de chaleur se trouble et vire au bleu lavande, allez comprendre les mystères de la décomposition chimique de l'eau stagnante. De temps en temps on vient réparer, toute une équipe qui arrive avec les mecs de la mairie. On fait un grand trou, on devise en se grattant la tête, on remet sa casquette, on répare en jurant que ce coup-ci ça tiendra. Et puis ça pète à côté et la marre remonte comme un phénomène naturel, c'est là le pittoresque du quartier, explique le type de la mairie en rigolant. Faustine pense que la cour a reçu le mauvais oeil, c'est qu'il y en a, des gens méchants, dit-elle en se signant. Et ces étrangers qui sont là, tout près, qui voient tout de son chez elle! Pour rien au monde elle ne l'avouerait mais elle en a peur, une peur panique qu'elle jugule derrière un masque de bonté.
A la pause de midi elle refait irruption sur le balcon, brandissant une bouteille d'eau: "je l'ai mise esprès pour vous au frigo!" annonce  t-elle de sa voix suraigüe et après je vous fais le café!. Les ouvriers amusés prennent de bonne grâce, pas dupes.
Adossés à la maison d'en face, ils discutent en déjeunant, rigolent, mettent un peu de musique sur une station arabe. Faustine ronge son frein pendant que le café filtre doucement dans l'antique cafetière italienne. Elle ne comprend pas ce qu'ils disent, sont-ils en train de se moquer d'elle? Préparent-ils un sale coup? Et cette radio, leurs chansons à eux... N'est ce pas une preuve! Une preuve de quoi, elle ne sait pas bien au juste mais elle prend sur elle et prévient que le café est prêt. Si jamais... Ils se souviendront combien elle a été généreuse et aimable...Qu'ils s'en prennent à d'autres! songe cette bonne chrétienne en portant sa main à sa gorge fripée avec précaution.
Sur le coup de 16 heures enfin les ouvriers quittent le chantier. Au revoir, à demain claironne t-elle en agitant la main d'une manière qu'elle estime gracieuse. Manque de chance, une voiture bloque le passage de la camionnette. Les gars patientent tout en discutant, et comme l'attente est longue, qu'il fait chaud et que le travail est terminé, ils se lâchent un peu, les voix s'amplifient comme la radio montée à plein volume.
Au dessus, on tempête. Faustine n'en peut plus, elle balaie rageusement son balcon et... après un dixième de seconde d'hésitation, leur envoie un généreux seau d'eau. Le calme est immédiat. Les gars en bas ruissellent: 
"Ah! Dîtes! J'y suis pour rien, eh! C'est le seau!"




 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
Quelle faux-cul ! Le plus gros problème, c'est qu'elle n'est pas la seule de son genre...
Répondre
A
Hélas non, on en a une brochette dans le quartier mais elle est la championne :))
M
J'aime toujours l croquant que tu donnes à tes petits croquis du voisinage, Almanito.<br /> (pas reçu d'avis d'Overblog depuis quelques temps ??? je passais à tout hasard)
Répondre
A
Merci Mony :)<br /> OB fait n'importe quoi, leur dernière trouvaille a été de me répondre que je devais changer de fournisseur mail si je voulais recevoir les newsletters! C'est marrant pourquoi tous les fournisseurs passent sur les autres plate-formes sauf celle d'OB?
I
Sympa la rageuse !! Elles sont nombreuses ces personnes qui n'aiment pas les "étrangers" (qui sont en général bien français) par méconnaissance de leur culture. Elle doit trop regarder la télé.<br /> J'espère qu'il feront le coin de son balcon en dernier :))<br /> <br /> Quand je suis arrivée dans ma région, ma voisine n'avait pas ouvert au pompier qui venait en fin d'année pour le calendrier parce qu'il était "noir", c'était il y a une vingtaine d'années !... No comment !
Répondre
A
Comme ils commencent par le haut et qu'elle est au premier étage....:))<br /> Elle regarde la couleur du pompier ta voisine, quand il y a le feu chez elle?
M
Des pêgeueses comme elle on en a chez nous aussi je ne les approche pas
Répondre
A
Mais non a pas peur elles ont peur dès qu'on les regarde droit dans les yeux :))
P
haha! Quelle chipie peureuse elle fait ta Faustine. Sûr qu'ils sont calmés et elle n'a plus qu'à prier pour que demain la musique marocaine ne lui casse pas ses ave maria.
Répondre
A
C'est qu'elle a une grande gueule par derrière mais face à l'ennemi, elle rampe!
D
Si la vatican voulait m'éditer je dirais : amen !
Répondre
A
Ha! Ca m'étonnerait que ça t'arrive, mécréante va! :)))
D
si tu commences à fire la fine boucheur sur un éventuel éditeur, on n'est pas rendus !
Répondre
A
Naa c'est juste le contraire que j'te dis :)))
D
;-)))))) ben oui, et ?....
Répondre
A
Mais avec mon récit je risque pas d'être approchée par la Procure!
D
Sans Faustine : point d'écriture, ingrate ! ;-))
Répondre
A
Si elle avait été une sainte, j'aurais été éditée à la Procure :)))
D
Un seau d'eau, mais elle pense même à les rafraîchir par ces vilaines chaleurs la bonne dame, quelle générosité, elle pense vraiment à tout cette chipette de Faustine !
Répondre
A
C'est une honte madame, de défendre cette garce! :))
Q
Elle me fait rire. Je crois que tous l'ont bien cernée. :)<br /> Passe une douce journée.
Répondre
A
C'est une célébrité dans le quartier :)<br /> Belle journée à toi Quichottine
E
C'est une vraie Chipie ta Faustine ! Enfin... un seau d'eau sur la tête en ce moment, ce ne serait pas de refus !
Répondre
A
Si je pouvais te rendre ce service, ça serait avec plaisir ;)
F
On est tout de suite dans l'ambiance, les ouvriers, les mecs de la mairie, on les voit...La voix suraigüe de Faustine, on l'a dans les oreilles. Beau texte. Merci.
Répondre
A
Faustine est un personnage récurrent ici, un méchante vieille dame indigne :)
M
Merci pour le p'tit fou rire du jour ! Vu la chaleur actuelle, un bon seau d'eau sur la tête c'est plutôt rafraîchissant non ?
Répondre
A
Oui, si on veut :))